Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Lapetiteblessure.over-blog.com

Articles récents

Correspondance : Vita Sackville-West et Virginia Woolf

15 Janvier 2017 , Rédigé par Sophie Lagal Publié dans #Les Autres-Miroirs et moi

 

 

 

 

 

 

Long Barn, Weald,
Sevenoaks.
17 Juin (1926)

 

Ha, ha !  Regarde ce que j'ai trouvé. Simplement, retourne-le -moi parce que c'est trop précieux,  je ne voudrais pas le perdre. J'aime qu'on épelle mon nom - je veux dire le nom de Harold - de travers.
    Il va falloir, pourtant, que je renonce à lire tes ouvrages pendant le dîner, car ils me perturbent trop. Je ne peux pas t'expliquer. Il faudra que je te dise tout cela verbalement un jour. A moins que tu ne devines. De toute façon, ce que tu écris bien ! que le diable t'emporte.
Quand je te lis, j'ai le sentiment que personne n'a écrit en prose anglaise avant toi, - Tu la houspilles, tu la remets à sa place, tu fais d'elle ta servante. Je ne cesse de me demander comment tu y parviens ; comme si je voyais un magicien exécuter coup sur coup le même tour, tout en restant aussi médusée. La seule certitude c'est que ça réussira à perpétuité. Quelques rares auteurs possèdent un don spécial, je ne sais si tu vois ce que je veux dire et, si tu ne le vois pas, il n'y a aucun espoir que tu puisses comprendre : ils exercent une espèce de mystérieuse influence sur les caractères imprimés, qui fait que certains mots, -- aussi bien des mots très ordinaires, -- s'envolent de la page un peu comme des perdrix d'un champ de navets, se chargeant d'une nouvelle valeur, d'une nouvelle surprise. Je suppose que c'est partiellement un effet de contexte. Ce don, tu l'as ; Lawrence aussi (ou plutôt il l'avait) : de la Mare (qui m'assomme à présent) l'a aussi ; de même Max (Beerbohm). -- Mais, comme je te le disais, tu ne sauras pas de quoi je parle.
Je suis très snob pour tout ce qui te touche. Qui touche à ton style, veux-je dire.

   Mon Dieu, ce qu'il pleut -- un pigeon est venu vivre avec moi. Je crois que ce doit être le fantôme de la colombe qui s'envola de l'Arche. Je voudrais de tout mon coeur que tu sois là. 
Demain je dois dîner avec un vieux bibliophile qui est également collectionneur d'aquarelles du genre le plus horrible ; deux vieux frères ; le cadet les la pure réplique de l'aîné ; ils ont des Editions Princeps, et une Cave, et ils racontent des Anecdotes. Je les aime et ils flirtent avec moi très cérémonieusement. Ils incarnent ce type d'êtres dont on tombe amoureux. --tels les agents de change.

                                                                                                                           A toi
                                                                                                                                V.

 

 

 

 

Vendredi (18 Juin 1926)                                                                        (52 Tavistock Square,
                                                                                                                                                        W.C.  I)

 

 

... Oui, parfois, j'écris diablement bien, mais pas ces derniers jours où je me suis échinée sur un article infernal, alors que je voyais mon roman (To the Lighthouse) briller comme l'île des Bienheureux loin, très loin par-delà de lugubres vagues, et sans espoir de toucher terre.

    Berg 

 

 

 

 

Page 224-225.

Lettres extraites de la correspondance Vita Sackville-West- Virginia Woolf
1923-1941,
Editions Stock, 1985, 2010.

Lire la suite

La perte

7 Janvier 2017 , Rédigé par Sophie Lagal Publié dans #Poèmes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vois un ours
dans chaque enfant

comme

je vois son sang
dans chaque homme

 

Se pourrait-il que nos contes d'enfance ne soient pas perdus ?

 

 

 

Le 7 Janvier 2017
Peinture de Cy Twombly

Lire la suite

Mélanie Leblanc : Des Falaises

5 Janvier 2017 , Rédigé par Sophie Lagal Publié dans #Les Autres-Miroirs et moi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                     I

                                                                      

jamais le coeur si grand
qu'en haut d'une falaise

la place pour qu'il s'étende
ouvre son ciel

plein soleil
plein vent

être à soi à l'autre
au monde

pleinement

 

Page 16

 

 

tout devient petit quand on grandit
tout

sauf le ciel
la mer
et la falaise

 

Page 18

 

 

aux pieds de la falaise

remonter

jusqu'aux vies d'avant

 

Page 23

 

 

on a beau compter les lignes
sur la falaise

comme sur un arbre


toujours le temps
gouffre en dedans

 

Page 25

 

 

                                                                                      II

 

le vide
encore trop plein
de ces vies
suspendues

 

le remplir de mots
pour qu'il se vide
enfin

 

Page 33

 

 

dans un tunnel sous la falaise
affronter son noir

 

s'accrocher à la lumière
au bout

 

Page 36

 

 

apprivoiser les falaises
la très grande peur

 

conjurer

 

jamais plus
jamais plus personne

 

Page 37

 

 

les galets nous disent
que le passé peut se détacher

 

d'un coup

 

du pointu coupant tranchant
peut devenir du doux
chantant

 

Page 40

 

 

                                                                                     III

 

on appelle vivante la falaise qui meurt
la belle la vraie
blanche car effondrée

 

beau de mourir tous les jours un peu

 

Page 45

 

 

comme elles
être forte et voir loin

 

être humble
car tout s'écroule
enfin

 

Page 56

 

 

nos os
viendront s'ajouter
aux os du passé

 

nous rejoindrons
le grand corps de la terre
pour de nouvelles falaises

 

Page 57

 

 

accueillir 
ce qui falaise en nous

 

les fissures
le fragile

 

et cet élan vers le ciel

 

 

 

 

Mélanie Leblanc, recueil de Poésie "DES FALAISES"
Cheyne Editeur
2016

 

 

 

                                                                                     
 

 

 

 

 

Lire la suite

Comme de la soie

30 Décembre 2016 , Rédigé par Sophie Lagal Publié dans #Poèmes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je rêve pour ne pas mourir

Faut-il que ma bouche soit affamée

pour espérer y accrocher

l'arbre bleu  de mes rêves

 

 

 

 

A Martine Cros
Le 30 Décembre 2016

 

Peinture "La cellule d'or" d'Odilon Redon, huile sur toile, 1892-1893.

 


 

Lire la suite

L'ennui

25 Décembre 2016 , Rédigé par Sophie Lagal Publié dans #Poèmes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

est un chant de corbeaux qui brûle au-delà des arbres

je retiens mon souffle

Comment oser la nuit

si rien n'échappe à 

cette rencontre imparfaite.

 

 

 

 

 

Le 25 Décembre 2016

Peinture d'André Derain.


                                                          
 

 

Lire la suite

Plusieurs raisons de peindre des arbres : Yves Bonnefoy et Agnès Prévost

22 Décembre 2016 , Rédigé par Sophie Lagal Publié dans #Les Autres-Miroirs et moi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et cette autre voie dans les arbres, nos pensées de la vie et de la mort. Cela aussi, c'est bien connu, nombre de peintres en auront été les témoins, il y a dans des frondaisons qui se détachent sur fond de ciel des trouées par lesquelles se jettent des lumières que nous sommes tentés de croire d'un autre monde. Est-ce que ces arbres-là sont un porche, un seuil, la promesse d'une autre vie, sinon pour le corps mortel du moins pour le désir qui l'anime ?
Mais on s'approche, et c'est prendre conscience de non plus seulement ces exaltantes trouées mais aussi de creux, de simples creux du feuillage, sans failles en leur fond cette fois mais non sans de brèves clartés, légèrement frémissantes, dans leur pénombre d'alcôves. Non plus un seul grand rayon mais des chuchotements, des  murmures de la lumière.
Et peut-être cela un de ces messages que la vie semble nous laisser au bord herbeux des chemins, ou dans des vitres, le soir, ou dans la neige qui tourbillonne. -- Que dit le message du creux dans l'arbre ?
Ecoutons Nicolas Poussin.

Il a peint, en effet, deux tableaux qui -- vraiment de la poésie, et consciente, puisqu'il y réfère à des passages d'Ovide -- sont l'un avec l'autre dans une relation dialectique qui est celle, précisément, des creux et des failles dans le feuillage. Un de ces tableaux est la Naissance de Bacchus qui est évidemment une pensée de la faille. Je l'ai évoqué dans un poème, parlant de


                                                            

                                                     la trouée de lumière
                                      Dans la Naissance de Bacchus, quand le soleil
                                     Prend l'espérance encore inentamée
                                    Dans ses mains, et en fait le ciel qui change.

 

 

et j'ai fait alors l'hypothèse que ce grand peintre rêvait que ce soleil entre ciel et matière, ce devrait être, après tout, sa tombe, n'était-il pas celui qui transmutait en esprit la simple chose terrestre, rouvrant dans trois de ses sublimes Saisons la porte coupablement fermée du jardin d'Eden ? Mais ce n'est pas constamment que Poussin rêvait. Plutôt peignait-il pour ne pas rêver, pour savoir ce qui est réel : et dans sa quatrième Saison il fit zigzaguer l'éclair de la finitude.

 

Déjà et souvent il avait remarqué les creux dans le feuillage des arbres, ce qu'il fit qu'il conçut-- au soir de sa vie, même il ne put l'achever -- un Apollon épris de Daphné. Or, ce qui me frappe, dans ce tableau, c'est 

                                                   ce creux
Qu'il a laissé, sombre, dans le feuillage
De l'arbre où Apollon vieilli médite
Sur qui est jeune et donc est plus qu'un dieu.

 

car comment ne pas voir la relation essentielle qui unit cet écart des branches, ce resserrement des feuilles derrière, un vrai berceau de verdure, et le dieu qui y a pris place, un dieu qui se sent vieillir, un peintre qui comprend que, tout immense soit son désir, il n'est jamais que chose mortelle ?

 

Le creux dans Apollon épris de Daphné est une tombe. Alors que les trouées que l'on voit de loin dans des arbres parlent d'un second degré dans la vie, d'une transmutation du fait humain par le travail de l'artiste, ce creux dans le feuillage qui semblait être un berceau et qui d'ailleurs est aussi un lit, pour des bonheurs fugitifs, eh bien, c'est aussi la mort, sauf que celle-ci, à s'approcher de si près de l'immédiateté des feuilles qui bougent, des souffles qui les traversent, ce peut bien, dans la couleur continuée, le dessin plus ouvert à la faiblesse des doigts, n'être qu'une façon de rentrer dans cet apparaître du monde qui se ferme dans les images mais s'ouvre à qui va mourir... Poussin et Claude Lorrain, chacun à sa façon, était sensible à ces trouées et ces creux, c'est ce qui fait leur grandeur dans l'histoire de la peinture. Ils parlaient des uns et des autres en leurs rencontres du soir, quand ils prenaient dans leurs mains, avec affection, leurs verres d'un vin d'un rouge sombre.

 

 

 

 

Livre d'art "Plusieurs raisons de peindre des arbres", 
Page 24-26-28
Yves Bonnefoy
Agnès Prévost, peintures et dessins

Edtions de Corlevour
2012

 


                               
                          

 

 

Lire la suite

Couleurs d'automne

13 Décembre 2016 , Rédigé par Sophie Lagal Publié dans #Poèmes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le poème naît
de couleurs étranges

 

Qui pourrait savoir les forêts obscures à traverser 
 

Toi qui délies ta langue
dans l'eau douce            de ses reflets

 

 

 

 

Le 13 Décembre 2016.
Photographie de Sarah Moon.

   


 

 

 


                                               
                                              




                                               
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




                                       
                                            

 

 

Lire la suite

Jérôme Pergolesi : Les chemins de la nuit

9 Décembre 2016 , Rédigé par Sophie Lagal Publié dans #Les Autres-Miroirs et moi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                           ICI

 

 

Tu entres 
dans la cuisine
l'aurore aux lèvres
et l'autre te suit

ce n'est pas moi
je meurs
en face du crime
le café est amer
et l'autre te suit

 

Page 15

 

 

Le ciel en papier
se froisse dans nos mains
et brûle

Je veux prendre tout l'orange
du jour qui tombe
et l'infuser

là, dans nos mémoires

 

Page 20

 

 

Les ombres lasses
se noient dans le jardin

nous laissent seuls sur le mauve

 

Page 21

 

 

                                                                                                   Là-Bas

 

 

Le coeur trempé
dans son orgueil

mélasse d'un rêve à l'agonie

je roule et reste
à côté de moi-même
à la place du mort
blotti contre la portière

 

Page 27

 

 

                                                                                                   AUTRE PART

 

 

Mes yeux se lassent
du manège des ombres
sur la nappe
comme si les nuages
passaient en boucle
dans le ciel refroidi

J'y dépose une tasse
de café brûlant

 

Page 47

 

 

Du bout des yeux
balayer la pièce
où les cafetières côtoient
le lierre en plastique

Sur le réfrigérateur
le chien rose de Jeff Koons
collé comme moi dans cette cuisine
ronronne, le ventre plein
de Mister Freeze

 

Page 50

 

 

Où vont toutes ses villes
peuplées de ciels qui te perdent

qui ne veulent te garder

 

Page 52

 

 

Jérôme Pergolesi, "Les chemins de la nuit"
17 secondes
Poésie


 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Même une petite chambre

4 Décembre 2016 , Rédigé par Sophie Lagal Publié dans #Les Autres-Miroirs et moi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai fermé les yeux
Ouvrant la bouche pour que ma langue
Touche une autre langue dans une autre bouche

 

Cela donne
Un éclat à peine étiré
Tout de suite arrondi

 

Puis un sursaut, un envol
Que n'ont pas vu les yeux rouverts

 

Dès qu'on s'en écarte le lit ne bouge plus

 

Qui sera dans la chambre quand nous aurons disparu ?

 

Les murs ne retiennent rien
Tout entier, tout entière,

On s'y écrase à deux mais bientôt
La sueur n'y sera que taches légères, errantes
Faites d'eau et de sel

 

Le soleil les noiera dans sa lumière

 

L'un peut-être à genoux devant l'autre,
On pose un vêtement, on le repousse
Et voici qu'il se recroqueville, animal rendu à lui-même
Comme en son terrier
Quelle autre main, quelle autre jambe
Commence-t-il à attendre ?

Grande est la patience de la porte entrouverte

 

 

Page 79

 

Ariane Dreyfus, "Le dernier livre des enfants"
Flammarion
, 2016.
 

 

 

Lire la suite

Captive

27 Novembre 2016 , Rédigé par Sophie Lagal Publié dans #Poèmes

Peinture de Vilhelm Hammershoi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Elle sent le roseau qui grandit près de son coeur
 ses feuilles accueillent les oiseaux étranglés
 qui défont sa solitude

Semblables à de petites blessures
perdues dans le paysage

 

 

Le 27 Novembre 2016

Peinture de Vilhelm Hammershoi



 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>