Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aksinia Mihaylova : Amours migrateurs

21 Mai 2021 , Rédigé par Sophie Lagal Publié dans #Les Autres-Miroirs et moi

Le baiser du temps : Aksinia Mihaylova

 

                                                                                     Les jours sont comptés, pas les caresses.

                                                                                                 Pentti Holappa

 

Cette année-là juillet est venu       
du côté des champs de seigle
donnant sur l'ouest, a enjambé les orties
de mon impatience et la montagne s'est tue,

perplexe, telle une âme qui essaie
de s'habituer à la lourdeur du corps,
comme un homme et une femme
qui savent que leur temps s'écoule
et restent muets face à face
pendant que l'après-midi de dimanche
étale pour la troisième fois
sa longue nappe de coton.
Appuyé sur la table, tu couves des yeux l'assiette
pareille à un bout de ciel

qui n'ouvre pas son bleu,
je coupe une tomate et on arrange longtemps
les tranches jusqu'à ce qu'un soleil commence
à saigner au fond de la porcelaine.
Dehors il fait du vent,
mes narines frissonnent
et il y a ce train dans tes yeux,
d'où je ne sais comment descendre.

Si tu me quittes, le lendemain je serai déjà vieux...

Notre soif n'est pas de ce monde, je te réponds.
Retenir les larmes ne rend pas l'homme plus fort,
pleure, si tu peux, pendant que tu es encore dans ma joie.

C'est un autre juillet maintenant et malgré le décalage
des couleurs si tu regardes en ce moment le coucher du soleil
c'est que je coupe une tomate et le ciel ouvre son bleu.

 

Page 53-54

Aksinia Mihaylova
Le baiser du temps
Gallimard
2019

                                                                       

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article