Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Lapetiteblessure.over-blog.com

Judith Chavanne : Entre le silence et l'arbre

19 Mars 2017 , Rédigé par Sophie Lagal Publié dans #Les Autres-Miroirs et moi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                          EN PARTAGE

 

Comme émeuvent aussi les lignes de la main
un dessin grêle et fragile
la mémoire ou l'empreinte d'un filigrane
et loin d'un tracé qui en saurait plus que nous sur notre destin
des rides peut-être, précoces
mais sans accompagnement de peur,

 

comme elles un vol noir au loin fane le ciel.

 

 

Page 11

 

 

 Je me ferais volontiers allumeur ici ou là de cierges dans la
ville, éveilleur du temps morne le long des promenades ;
comme lorsque à la vue d'un rayon du réverbère dans une
flaque de pluie, un souvenir en soi se déplace, et nourrit une
intuition.

 

 

Page 15

 

 

 

                                                                          CONCILIATION DU TEMPS
                                                                                      ET DE L'ESPACE

 

 

Je demande, sous les nuages, un peu de clarté au vent,
au ciel, seulement qu'il se glisse
dans la faille que lui ménagera le temps.

Je n'espère pas obtenir de raisons : ce que c'est qu'être sur la 
    terre
ni que me soit découvert aucun horizon vaste, séjour tranquille :
ni l'azur ni le firmament ne me disent rien de la lumière ;
j'ai besoin du nuage, et d'éprouver le temps peu à peu
qui le fend, qui le crée par l'interstice : lentement, un rai bleu.

J'attends le moment où sans avoir plus de fondements
le coeur et le monde s'éclairent ;
j'attends une lumière qui ne soit pas une éternité lointaine,
mais un passage qui coïncide avec celui du temps.

 

 

Page 22

 

 

C'est l'oiseau, cet élément lointain qui figure seulement une
trace, qui, à l'endroit où il a cillé, décide du ciel --- et l'ac-
complit.
Il faut à l'infini, pour qu'il devienne l'espace, un passage qui
désigne en noir sa fragilité, le brise, et le brisant le découvre
jusqu'alors incréé.

 

 

Page 27

 

 

 

                                                                          LA LUMIERE PAR LE CHAS

 

 

Le jour, dans l'intervalle des nuées,
d'une insituable opacité :
lorsque pépie l'oiseau, on se demande
si ce ne serait pas un pépiement de l'âme,
et ce qui l'empêchait jusque-là de chanter ;
alors, on prend son souffle pour pallier
la prochaine intermittence,
mais la respiration est à peine plus large
que la gorge de l'oisillon.

 

 

Page 32

 

 

Les mains sur la grille autour du carré de jardin
deux mètres sur deux entre béton et les gens d'ici qui passent,
il a glissé ses yeux à travers les barreaux comme des paumes
approchant, presque apeurées, les fleurs légères du magnolia.

 

 

Page 36

 

 

 

                                                                           TRAVAUX DU GRAVEUR

 

 

L'arbre l'hiver se tient
noir      l'essence

le soleil pur       continué
son épaisseur d'écorce.

 

De corps et de fibres.

 

 

Page 43

 

 

                                                                          AVOIR PART

 

 

Des jours entre le silence et l'arbre,
la lumière, isolément.
Des jours comme entre les pierres.

Des chemins, des pas, des regards
--- même l'envol des oiseaux ne fait pas le lien.

Des jours, un passant.
Dans l'attente du monde autour des éléments.
Dans l'attente de l'âme qui prenne part.

 

 

Page 54

 

 

Que toute question s'efface,
qu'est-ce qui dirait après que nous sommes passés,
ayant perdu le lieu d'une ancre ou d'une racine
avec le lieu du questionnement ?

Vivre est le fil trop lâche
entre deux coeurs et deux moments
où l'on s'étonne,
où l'on rassemble nos heures échappées
dans un pétale, ou dans un grain de blé.

 

 

Page 61

 

 

  L'exil est au pied de chez soi et sur les chemins les plus
familiers, le sentiment, malgré cette longue rue que l'on enfile,
d'aucune perspective qui se dessine, et d'un monde plan.
Ainsi, longtemps, jusqu'au trille des oiseaux invisibles dans le 
ciel uni. Un chant sans origine, la perception de la distance
qui sépare l'oiseau de son cri.
 L'exil a cessé quand un désir a restitué au monde sa profondeur.

 

 

Page 62

 

 

                                                                            LA CHANCE D'UN  PEU

 

 

Quelque chose ou quelqu'un miroite
quand la plume ou tout autre

poids de l'air touche l'eau
et désigne en ce point le lieu du calme
et des naissances à l'abri
depuis son cercle peu à peu qui s'évase.

Je ne sais plus alors, tandis qu'on les dépose,
pourquoi on tenait les armes.

 

 

Page 71

 

 

De tous mes yeux j'ai habité la pluie
grise en gouttes retenues sur la grille
comme si la vigueur du jour partout étale
ne pouvait plus tenir qu'au détail
et le relief à la courbe évanescente
de l'air et de l'eau.

 

 

Page 75

 

 

                                                                             CE QUI DEMEURE

 

 

Ruines heureuses du silence
les chutes d'eau
le rire de la forêt.

 

 

Page 92

 

 

Je songe parfois à l'homme qui chaque soir
remontait le chemin en direction du couchant
à travers les champs nus,
puis descendait avec le soleil, de l'autre côté de la colline.
Et à ce qui se créait là, sans qu'il soit besoin de rien écrire.

 

 

Page 102

 

 

 

Judith Chavanne
Entre le silence et l'arbre
Editions Gallimard
1997.

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

                                                             

 

 

 

 

                                                          

 

 

                 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article